Templates by BIGtheme NET
Accueil / Actualité Logistique / Actualités nationales / Aéronautique : Bombardier profitera d’un taux préférentiel sur l’IS pendant 20 ans

Aéronautique : Bombardier profitera d’un taux préférentiel sur l’IS pendant 20 ans

Bombardier Aéronautique Maroc vient d’annoncer le démarrage de sa production, sur son site provisoire de Nouaceur, à Casablanca. L’annonce intervient dans la foulée de la sortie de la première promotion de techniciens formés à l’Institut des métiers de l’aéronautique (IMA), basé sur le même site.

La fabrication des premières pièces d’avions du géant canadien Bombardier est aujourd’hui enclenchée. «C’est un jalon excitant pour nous, car nous voyons nos activités au Maroc prendre forme», déclare Hugo Brouillard, directeur général de Bombardier Aéronautique Maroc, qui précise qu’«avec 18 nouveaux agents locaux engagés et ayant reçu une formation sur les procédés et principes manufacturiers de Bombardier, nous vivons la première étape d’un long processus, à l’avenir, de production de composants de qualité, et ce dans une autre usine de Bombardier de calibre mondial».

L’usine de transition de Bombardier Aéronautique au Maroc, basée dans la zone industrielle de l’aéroport Mohammed V, dans la commune de Nouaceur, produit actuellement des éléments de structure simples, notamment des commandes de vol pour les avions de la gamme CRJ. D’ici à la fin de l’année en cours, l’usine devrait employer quelque 100 ajusteurs-monteurs dûment formés. Il faut préciser que dans le cadre de son implantation au Maroc, Bombardier a établi un partenariat avec l’Institut des métiers de l’aéronautique (IMA) pour la sélection et la formation de ses futurs techniciens, conformément aux spécifications et exigences du programme de formation de l’avionneur canadien.

Importantes incitations fiscales
Rappelons que le groupe Bombardier Aéronautique, basé à Montréal (province du Québec), avait annoncé en novembre 2011 son intention d’investir 200 millions de dollars (environ 1,8 milliard de DH) dans un programme s’étalant sur une durée de cinq ans. Objectif : permettre la création de plus de 850 emplois directs. Pour sa part, le gouvernement marocain demande la création d’emplois ainsi qu’un important taux d’intégration locale. En vertu de l’accord liant Bombardier au gouvernement marocain, le groupe canadien bénéficiera d’une exonération fiscale durant les cinq premières années de son activité. À cela, s’ajoute un taux préférentiel sur l’impôt sur les sociétés (IS) qui ne dépassera pas le seuil de 8,75% pendant une durée de vingt ans. Des mesures encourageantes pour ce 3e plus important avionneur du monde, après l’américain Boeing et l’européen Airbus. À terme, Bombardier devrait pouvoir importer sa machinerie de production en franchise de droits. Le Maroc, quant à lui, se chargera de subventionner les formations dépassant un coût de 6 000 DH par employé.

Le développement par la formation aussi

Le secteur de l’aéronautique au Maroc est doté, depuis l’année dernière, d’un centre de formation spécialisée.
Il s’agit de l’Institut des métiers de l’aéronautique (IMA), réalisé pour un investissement global de 113,5 millions de DH.
Objectif : assurer au personnel des entreprises du secteur aéronautique et spatial (opérateurs, techniciens et cadres intermédiaires) des formations pré et post-embauche et des cours de perfectionnement dans le but de répondre aux besoins et exigences des entreprises.
Outre le volet technique, l’institut dispense d’autres formations dans les domaines annexes aux métiers de l’aéronautique, notamment les achats, la qualité, la logistique, l’ingénierie, la gestion et le management industriel…

 

Source : Le matin

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*